ANAH Journée de Rencontre 2007 – Liège

Des paroles et des actes

L’Association Nationale d’Aide aux Personnes Handicapées (ANAH) a fêté ses 75 printemps à Gand l’an dernier. Forte de son expérience, elle a décidé d’organiser dorénavant une journée-rencontre chaque année.. C’est le 17 novembre dernier, aux amphithéâtres de l’Europe de l’Université de Liège, que s’est déroulée la première de ces réunions, devant près de 130 Rotariens et Rotariennes de nos trois districts.

Thèmes

Les questions suivantes étaient prioritaires pour cette Journée de Rencontre:

  • Comment aider les personnes handicapées à mener une vie indépendante?
  • Comment continuer à étudier, à s’intégrer avec une restriction fonctionnelle?

Charlotte Roggen, polyhandicapée physique, a illustré avec brio le premier thème. Grâce à un budget personnel d’assistance (BAP) octroyé par le Ministère des Affaires sociales, elle a pu faire ses études de psychologie à l’Université de Gand et exercer son métier dans un hôpital anversois. Notons que l’ANAH – grâce notamment à Fernand Van Hees, son vice-président – et plusieurs Rotary clubs ont participé au développement des BAP: 15.000 € ont été distribués durant l’année 2006-2007.

Dans le cadre du second thème, et en rappelant que 5 à 10% de la population est concernée par ce problème, Marie-Pierre Masquelier, logopède, nous a expliqué comment on peut détecter la dyslexie et y remédier.

Jean-Louis Caverenne (président du Rc Liège-Nord-Est) et Michel Denayer ont fait vivre de manière très émouvante l’histoire de Mike, paralysé des membres inférieurs à l’âge de cinq ans et actuellement champion du monde junior de tennis en chaise roulante.

L’Association soutient aussi depuis quelque temps des projets axés sur la surdité. Cinq étudiantes sourdes ont ainsi reçu des bourses d’étude. L’une d’entre elles, Goedele De Clerck, nous a donné un avant-goût de son film documentaire tourné aux quatre coins du monde sur l’intégration sociale des personnes sourdes.

Quant à l’enseignement des sourds, il est actuellement défaillant. Pour y remédier, Alain Klinkenberg précise qu’il faut notamment:

  • persévérer dans le dépistage précoce de la surdité et assurer une formation en langue des signes aux parents;
  • faire suivre aux enfants un enseignement en langue des signes, puis bilingue (langue écrite et langue des signes);
  • permettre aux élèves sourds de suivre un enseignement avec l’aide d’interprètes qualifiés;
  • assurer de manière complète une formation bilingue langue écrite/langue des signes aux enseignants, qu’ils soient entendants ou non.

Par l’octroi de bourses, le Rotary contribue à la constitution d’une pépinière de formateurs sourds.

Fonctionnement dans le monde des Sourds

Afin de permettre une meilleure accessibilité à l’information pour les personnes sourdes, en grande majorité analphabètes, l’ANAH a remis un chèque de 10.000 € à la Fédération francophone des sourds de Belgique (FFSB) et un autre chèque de la même valeur à la Fédération néerlandophone (Fevlado). Les Rc Liège et Gent-Noord ont également libellé chacun un chèque de 2.500 € afin d’aider les Fédérations à financer un studio complet permettant les prises de vue, le montage sur PC avec un logiciel adapté, la traduction en langue des signes et le sous-titrage, pour rendre leur site internet accessible à tous. Un appel est adressé aux autres clubs afin de réunir le budget nécessaire, soit 23.000 €.

Rapport: Patricia Janssens, Marcel Tilkin, Alain Klinkenberg (Rc Liège)