ANAH Journée de Rencontre 2009 – Charleroi

La qualité de vie avant tout

En optant pour Charleroi comme lieu de rendez-vous lors de sa quatrième journée de rencontre le 21 novembre dernier, l’asbl ANAH s’est offert un véritable retour aux sources. L’Association Nationale d’Aide aux Personnes Handicapées (ANAH) fut en effet fondée en 1931 par Arthur Regniers du Rc Charleroi. Il s’agit de la seule asbl interdistrict soutenant exclusivement des projets rotariens en Belgique. Le groupe cible initial (les handicapés) s’est étendu aux ‘personnes présentant des restrictions’ sur les plans fonctionnel, mental et/ou socio-économique. Lorsqu’un club décide de monter un projet dans ce domaine, il peut solliciter un soutien financier de l’asbl ANAH, dont les ressources proviennent des contributions volontaires annuelles de 10 € par Rotarien(ne).

Améliorer les conditions de vie des personnes avec restrictions, pour qu’elles puissent s’épanouir dignement dans notre société : tel était le thème de cette quatrième journée de rencontre. Pendant trop longtemps, ce sont des institutions caritatives, souvent paternalistes, et des bienfaiteurs (certes animés de bonnes intentions) qui ont déterminé, seuls, les besoins des ‘défavorisés’. Le président Fernand Van Hees a mis en lumière une tout autre approche, qui intègre la dignité de chacun.

PTI

Ensuite ont été présentés divers exemples de soutien apporté par l’asbl ANAH à des personnes avec une restriction fonctionnelle et ce, dans six domaines (1)vie autonome en dehors des institutions,(2) dyslexie,(3) extrême pauvreté,(4) autisme,(5) droit aux loisirs et (6) surdité. Afin d’instaurer un bon équilibre entre théorie et pratique, la description concrète des initiatives était à chaque fois suivie d’observations scientifiques.

Plus émouvant: des personnes sont venues témoigner et expliquer comment elles vivent leur handicap, comment elles ont réussi, malgré leur restriction, à devenir quelqu’un à part entière. Trois exemples.

Une femme de 46 ans, mère de deux enfants, est devenue paralysée à la suite d’un accouchement . Condamnée depuis 22 ans à se déplacer en chaise roulante, elle raconte : ‘Le jour où vous perdez le contrôle de vos pieds, vous perdez aussi le contrôle de votre vie. Vous passez du siège conducteur à la banquette arrière comme simple passager. Si vous saviez comme c’est difficile… Car vous êtes toujours la même personne, avec vos rêves, vos sentiments, vos envies.’ Grâce à un Budget d’Assistance Personnelle (BAP), cette femme peut vivre chez elle et s’occuper de ses enfants, comme n’importe quelle autre maman. Elle a retrouvé son autonomie et sa liberté. Dans notre pays, il y a 6.000 personnes avec une restriction qui souhaiteraient aussi pouvoir vivre en toute indépendance, en dehors d’une institution.

Un jeune homme souffrant d’une forme sérieuse de dyslexie a raconté son chaotique parcours scolaire. Passé de l’enseignement spécial à l’enseignement professionnel, il a tout de même réussi, grâce à l’aide de l’asbl BSH (accompagnement des étudiants avec handicap) et d’un software compensatoire, à vaincre ses problèmes de lecture et d’écriture. Aujourd’hui, il est en route pour décrocher un master en beaux-arts.

Le moment le plus poignant fut la prestation de huit garçons et filles souffrant de restriction mentale. Un week-end sur deux, le groupe se réunit au Centre d’Art Différencié Namurois afin de s’adonner à des activités de peinture, de sculpture, de musique et de théâtre . Ils sont tous montés sur le podium pour nous présenter un sketch, une danse ou une chanson. Quelle sincérité désarmante ! Quelle spontanéité ! La salle en est restée muette.

Ces initiatives et bien d’autres sont dues à l’engagement et à la collaboration de nombreux Rotary clubs et de l’asbl ANAH. Quelques chiffres : en trois années, 78.500 € ont été versés aux projets de ‘vie autonome’, 41.500 € émanant des clubs et 37.000 de l’asbl ANAH. Les actions autour de la surdité ont, elles, recueilli pas moins de 448.200 €, dont 132.650 de l’ANAH asbl

Cette journée de rencontre était en quelque sorte une ‘grand messe’ rotarienne placée sous le signe de l’optimisme. En guise de remerciement, les organisateurs ont reçu une peinture réalisée par les jeunes Namurois. Un hommage a également été rendu à la famille Regniers en la personne de Guy, petit-fils d’Arthur et lui aussi Rotarien. Rendez-vous l’année prochaine à Tessenderlo.

Rapport: PDG 1630 Herman Willems (Rc Turnhout)
Administrateur asbl ANAH