Dyslexie

La description la plus utilisée de la dyslexie est celle de la « Stichting Dyslexie Nederland » (2008): « La Dyslexie est un trouble qui est caractérisé par un problème tenace lors de l’apprentissage et/ou l’application de la lecture et/ ou l’épellation au niveau du mot ».

Avec le mot «tenace», nous entendons que la lecture et l’épellation ne se déroulent pas comme attendu, malgré un bon enseignement et une aide spéciale pendant au moins six mois.

On estime que la dyslexie se présente chez 3 à 10% de la population, plus souvent chez les garçons que chez les filles.

La cause de (l’apprentissage) de la lecture et de l’épellation difficile consiste la plupart du temps en une combinaison moins aisée des sons parlés et des lettres. La combinaison par exemple du son «eu» et l’écriture «eu» se passe moins facilement que chez les personnes sans dyslexie. En plus les personnes avec dyslexie lisent significativement plus lentement des mots longs ou peu utilisés que les personnes sans dyslexie.

Il est probable que la décomposition rapide et correcte des sons parlés et la recombinaison des sons parlés en mots leur est difficile. Souvent aussi il existe des problèmes de mémoire comme l’évocation et la nomination (trop) lente des lettres, chiffres, objets et couleurs.

La recherche au niveau du cerveau permet aujourd’hui de lier ces problèmes à des anomalies spécifiques, entre autres dans les régions du cerveau qui sont importants pour le langage. Le fait que l’hérédité peut jouer un certain rôle, forme une indication que ce trouble a une cause somatique et neurobiologique.

La dyslexie peut aller de pair avec d’autres troubles spécifiques d’apprentissage et de développement comme la dyscalculie, des troubles moteurs et/ou de troubles de langage.

La dyslexie peut former une hypothèque sérieuse sur le bien-être, le développement personnel et les possibilités de développement de l’enfant dans la vie ultérieure. C’est pourquoi la dyslexie doit être traitée, et de préférence le plus vite possible.

Les traitements sur des bases scientifiques s’attaquent aux problèmes de traitement de langage et se composent de sessions d’entrainement de lecture et d’épellation spécifiques, faites sur mesure.

D’autres traitements comme l’ entrainement des muscles moteurs, l’audition et la vision, l’écoute de musique, le port de lunettes spéciales, la stimulation de la faculté de représentation visuelle ou « penser en images », des diètes spéciales ou la consommation d’ aliments spéciaux ( certaines vitamines, l’ huile de foie de morue, .. ) et d’autres ne montrent aucune influence positive constatée sur la dyslexie ou sont néfastes.

Extrait de l’allocution de Stefaan Singelée,
Directeur Fédération Centres Révalidation Ambulatoire asbl,
à la Journée de Rencontre ANAH 2010 à Tessenderlo

Quelques réalisations